Bilan orthophonique : tout ce que vous devez savoir 

bilan orthophonique

Le bilan orthophonique est établi à l’issue de la rencontre entre le professionnel et l’individu dys. C’est donc un moment clé où se dérouleront des tests et une observation clinique du patient. Cette étape déterminante permet de poser un diagnostic sur ses difficultés. En effet, les troubles peuvent être enfin identifiés et reconnus. De plus, le bilan met à la disposition du patient un processus thérapeutique et une liste de soins orthophoniques.

quand faut il faire un bilan

Quand faut-il faire un bilan orthophonique ?

Les premiers signes indiquant la nécessité d’un bilan orthophonique sont divers. Il peut s’agir de problèmes oraux, de l’articulation/diction des mots, de construction des phrases… mais aussi des difficultés de lecture et/ou d’écriture durable et persistante. Ces indices peuvent être observés par la famille, mais aussi par un professeur qui a en principe le rôle d’avertir la famille. Enfin, les adolescents et les adultes qui ont des capacités déficientes de communication (AVC, Alzheimer, Parkinson, rééducation après opération…) peuvent aussi aller passer un bilan avec un orthophoniste.

Les orthophonistes agissent sur prescription médicale sauf en cas d’urgence. Il faut donc se rendre chez le médecin traitant. Il questionnera le patient sur son histoire, les examens déjà réalisés et les difficultés ressenties. Si cela est nécessaire, le médecin pourra par exemple prescrire un « bilan orthophonique avec rééducation si nécessaire ».

Une fois que vous avez l’ordonnance de votre médecin, c’est à vous de trouver un orthophoniste disponible. La plupart des cabinets étant surchargés, il vous faudra sûrement attendre afin d’obtenir un rendez-vous. De ce fait, un tiers des demandes de bilan orthophonique ne débouche pas sur des rééducations.

Tous les orthophonistes peuvent correspondre à vos besoins. En effet, les orthophonistes ne sont pas spécialisés dans un domaine comme peuvent l’être des médecins. Les orthophonistes peuvent ainsi traiter tous les types de pathologies issus de leur nomenclature.

Quand faut-il faire un bilan orthophonique ?

Les premiers signes indiquant la nécessité d’un bilan orthophonique sont divers. Il peut s’agir de problèmes oraux, de l’articulation/diction des mots, de construction des phrases… mais aussi des difficultés de lecture et/ou d’écriture durable et persistante. Ces indices peuvent être observés par la famille, mais aussi par un professeur qui a en principe le rôle d’avertir la famille. Enfin, les adolescents et les adultes qui ont des capacités déficientes de communication (AVC, Alzheimer, Parkinson, rééducation après opération…) peuvent aussi aller passer un bilan avec un orthophoniste.

Les orthophonistes agissent sur prescription médicale sauf en cas d’urgence. Il faut donc se rendre chez le médecin traitant. Il questionnera le patient sur son histoire, les examens déjà réalisés et les difficultés ressenties. Si cela est nécessaire, le médecin pourra par exemple prescrire un « bilan orthophonique avec rééducation si nécessaire ».

Une fois que vous avez l’ordonnance de votre médecin, c’est à vous de trouver un orthophoniste disponible. La plupart des cabinets étant surchargés, il vous faudra sûrement attendre afin d’obtenir un rendez-vous. De ce fait, un tiers des demandes de bilan orthophonique ne débouche pas sur des rééducations.

Tous les orthophonistes peuvent correspondre à vos besoins. En effet, les orthophonistes ne sont pas spécialisés dans un domaine comme peuvent l’être des médecins. Les orthophonistes peuvent ainsi traiter tous les types de pathologies issus de leur nomenclature.

Étapes et composition du bilan orthophonique

Étapes et composition du bilan orthophonique

Documents à prévoir

Vous devez vous munir de l’ordonnance de votre médecin sur laquelle est spécifié « bilan orthophonique d’investigation » ou « bilan orthophonique de rééducation si nécessaire ». Pensez à présenter également les documents qui ont un lien avec les difficultés observées car cela peut aider l’orthophoniste à déterminer le profil du patient (bilans réalisés en complément, carnet de santé du patient, compte rendu médical, etc). Enfin vous aurez besoin de la carte vitale du patient ou du parent si le patient est un enfant.

Anamnèse

Première étape, l’anamnèse

L’anamnèse correspond à la mémorisation du passé qui a pu être oublié ou refoulé par le patient. Cela représente une synthèse des éléments mémorisés du passé de la part du patient et de sa famille. Il peut s’agir d’une multitude de souvenirs concernant la grossesse, l’accouchement, toutes les particularités vécues depuis la naissance, le parcours d’apprentissage, le contexte familial (autre cas dans la famille), les signes d’un trouble potentiel, l’impact dans la vie de tous les jours, etc.

L’anamnèse est une étape obligatoire avant de passer au diagnostic. Cet entretien permet aux professionnels de santé d’émettre des hypothèses et d’observer le comportement du patient et de sa famille. L’orthophoniste pourra cibler plus aisément les tests à réaliser. La confrontation de l’anamnèse aux résultats obtenus permet de compléter le diagnostic et d’envisager les consultations avec d’autres professionnels.

L’observation du comportement du patient en situation de tests fait également partie des éléments qui seront utilisés et confrontés à l’ensemble des données collectées.

Les conditions de passage des tests sont adaptées en fonction du patient et peuvent dans certains cas être réparties en plusieurs étapes.

Phases de test du bilan orthophonique

Phases de test du bilan orthophonique

L’orthophoniste va faire passer au patient une série de tests normés. Ces épreuves étalonnées varient en fonction des symptômes et de l’âge du patient.

Exemples de tests pour un bilan du langage écrit et oral :

Les habiletés cognitives (capacités du cerveau qui permettent les interactions avec l’environnement : concentration, raisonnement, perception, assimilation des informations, interaction avec les individus) 

  • Mémoire : test de la mémoire de travail ou différé, restitution à partir de la mémorisation de mots et de suite de chiffres, reconnaissance d’images vues et mémoriser
  • Traitement visuo-attentionnel : épreuve d’identification de lettres, comparaison de symboles. Vérifie la capacité de focalisation de l’attention sur un exercice donné.
  • Perception du cadre spatio-temporel
  • Habiletés pragmatiques (observation durant un jeu, capacité d’adaptation du patient dans certaines situations, questions posées aux parents). Ces habiletés permettent de vérifier si le patient peut adapter son comportement et son langage lors de la communication.
orale

Langage oral :

  • Métaphonologie : capacité de liaison des graphèmes avec les unités phonologiques correspondantes, identification des syllabes, décomposition et manipulation des sons. Ces capacités ne sont pas faciles à acquérir pour tous les enfants, mais sont indispensables pour amorcer la procédure de déchiffrement.
  • Syntaxe : capacité de compréhension d’un texte et description d’une situation représentée permettent d’évaluer le niveau de compréhension.
  • Lexique : analyse du vocabulaire compris et employé.

         – Lexique actif, vocabulaire utilisé en expression

         – lexique passif, stock de mots compris par le patient.

  • Praxies bucco-faciales : froncer les sourcils, fermer les yeux, faire de petits yeux, fermer l’œil avec contraction du même côté du visage. Permet de vérifier la coordination des gestes et les habilitées motrices.
  • Fluence et intelligibilité de la prosodie : imitation et répétition des différents de sons.
  • Phonologie : vérification du bon enchainement des sons dans un mot ou une phrase.
écrire

Langage écrit 

Lecture :

  • Lecture de textes contenant des logatomes (mot qui n’existe pas) et des irrégularités pour tester les capacités de déchiffrage. L’objectif est de mettre en évidence la voie de lecture la mieux maîtrisée (voie d’assemblage et voie d’adressage).
  • Test du niveau de compréhension en lecture avec ou sans implicite

Écriture :

  • Correspondance entre graphèmes et phonèmes capacité à écrire sous la dictée des mots réguliers/irréguliers, syllabes, logatomes…
  • Capacité à appliquer les règles de grammaire, syntaxe et conjugaison

Durant certains exercices, le patient est chronométré ce qui permet de comparer les résultats à ceux de la population cible. La batterie de tests contient des jeux et des exercices courts afin de réduire la pénibilité du processus.

En principe, les parents attendent dans la salle d’attente pendant les tests, mais ils peuvent exceptionnellement être présents si l’enfant n’est pas capable de comprendre les consignes données par le professionnel.

Les bilans initiaux doivent être réalisés en présentiel. En revanche, le renouvellement du bilan peut être fait à distance si l’orthophoniste l’accepte.

Compte rendu du bilan orthophonique

Compte rendu du bilan orthophonique :

Lorsqu’un médecin prescrit un bilan, l’orthophoniste est dans l’obligation de réaliser un compte-rendu écrit qui justifie le bilan orthophonique et la prise en charge si besoin.

L’orthophoniste fait des propositions concernant le déroulement et le contenu du protocole de soins, indique les adaptations pédagogiques et les aménagements préconisés à mettre en place dans le cadre scolaire, en condition d’évaluation/d’examens ou pas.

Il est conseillé de prévoir un paragraphe aisément extractible du reste du texte pour le relayer auprès des professeurs ou toute autre personne susceptible d’accompagner le patient. Cette partie devra être rédigée en termes simples qui rende compréhensible les difficultés du patient pour faciliter la mise en œuvre d’adaptations en milieu scolaire ou professionnel.

Lors d’un bilan orthophonique réalisé en vue d’une demande particulière (demande de PAP, dossier MDPH, demande d’aménagements aux examens, RQTH, etc.), la conclusion doit intégrer un rappel explicite des préconisations. Pour les aménagements aux examens, il ne faut pas oublier de lister ceux que l’orthophoniste préconise pour l’élève. Cela sert dans un premier temps au médecin traitant à rédiger un certificat médical et au médecin désigné par l’administration comme évaluateur du dossier de demande d’aménagements. C’est aussi le cas lorsqu’il y a eu une demande de RQTH auprès de la MDPH.

On retrouve souvent la mention suivante dans les comptes-rendus de bilan orthophonique : “Remis (aux parents/ou/ au patient) pour servir et faire valoir ce que de droit”.

Conclusion du bilan

Conclusion du bilan :

Le bilan de l’orthophoniste établit la nécessité d’une prise en charge en fonction des déficiences observées. Ainsi, une stratégie de rééducation et un plan de traitement vont également être envisagés par le professionnel.

Il peut arriver que l’orthophoniste conclue à ce qu’aucun suivi ne soit nécessaire. Si les tests orthophoniques normés et étalonnés n’indiquent pas un écart pathologique suffisant, une rééducation ne sera pas envisagée.
D’autres solutions peuvent être proposées au patient. Par exemple, du soutien scolaire en cas de troubles spécifiques du langage écrit.

La newsletter des parents d’enfants Dys

    Le bilan permet de poser le diagnostic

    Le bilan permet de poser le diagnostic ?

    Dans le cas d’un bilan d’investigation demandé par le médecin, l’orthophoniste peut poser un diagnostic si la pathologie du patient est stipulée dans la nomenclature.

    Cela peut concerner :

    • la dyslexie
    • la dysorthographie
    • la dysgraphie
    • la dysphasie

    En revanche, pour d’autres types de pathologie, le diagnostic ne peut être posé que par le médecin. Ce dernier s’appuie souvent sur le bilan orthophonique et ceux des autres professionnels pour s’aider dans son analyse et sa conclusion.

    On compte notamment :

    • les troubles de la voix organique
    • l’autisme
    • les pathologies neurologiques
    • les pathologies ORL
    coût bilan orthophonique

    Combien coûte un bilan orthophonique ?

    Le bilan ainsi que les séances de rééducation sont remboursés par la sécurité sociale.

    Les tarifs sont variables, actuellement (en 2022). On peut lire sur la nomenclature délivrée par la FNO un tarif compris entre 65 € à 100 € pour un bilan initial. Les bilans orthophoniques de renouvellement sont réalisés en général avec une décote de 30%.

    Dans certains cas, l’orthophoniste peut réaliser un dépassement d’honoraires, en particulier si le patient a des besoins particuliers.

    Tant que le bilan prescrit par le médecin se trouve dans la nomenclature, ceux-ci sont remboursés par la sécurité sociale et la mutuelle. En ce qui concerne le remboursement, la caisse d’assurance maladie prend en charge en général 60 % du montant total et 40 % sont pris en charge par la mutuelle du patient. Pensez à tout de même à vérifier que votre mutuelle prend en charge la partie qui n’est pas payée par l’assurance maladie. S’il s’agit d’une affection de longue durée ou d’une affection exonérante, la caisse d’assurance maladie rembourse la totalité du bilan réalisé.

    Attention, le remboursement des bilans hors nomenclature des orthophonistes n’est pas prévu dans la convention qui a été signée avec la sécurité sociale.

    Quel est l’âge à partir duquel on peut faire un bilan orthophonique du langage oral ?

    • À partir des premiers signes concernant le développement du langage observé par les parents ou un médecin traitant, les professionnels de la petite enfance, de l’école…
    • De manière précoce, s’il y a des suspensions de pathologies ayant un lien avec la communication verbale.

    Les difficultés scolaires spécifiques(peu importe le niveau scolaire en lecture, écriture, orthographe, etc) sont également des signes qui peuvent alerter sur la nécessité de prendre rendez-vous avec le médecin traitant pour poursuivre éventuellement sur un bilan orthophonique.

    Bilan orthophonique de renouvellement

    Bilan orthophonique de renouvellement :

    Les bilans de renouvellement peuvent servir à réaliser une mise à jour des capacités du patient et remesurer l’impact de son trouble. Ces mises à jour des bilans orthophoniques peuvent être demandés pour des examens tels que le bac ou le brevet ou bien pour l’entrée dans les enseignements supérieurs pour la mise en place d’aménagements spécifiques.

    En général, la prescription par un médecin entraine un bilan puis une prise en charge de 50 ou 100 séances avec un orthophoniste (renouvelable en fonction des besoins). Après ce nombre de séances initialement prévues, un bilan de renouvellement peut être réalisé. Il permet de constater l’évolution et l’efficacité de la rééducation et de définir de nouveaux axes de progression. Le plan de soin peut alors être réajusté en fonction des résultats obtenus.

     

    Vous voulez aider votre enfant DYS ?

    Je partage avec vous des conseils par Email

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.