Bilan orthophonique dyslexie

Bilan orthophonique dyslexie

Compte-rendu orthophonique ou document remis à l’issu des tests orthophoniques. 

Tout bilan orthophonique, suivi ou non par des séances, débouche sur un compte-rendu écrit au terme de la prise en charge ou en fonction des besoins du patient afin qu’il puisse faire valoir ses droits. 

De quoi un bilan orthophonique est-il composé ?

Il existe deux types de bilans :

  1. Le bilan orthophonique d’investigation.

  2. Le bilan orthophonique avec rééducation. 

Chacun des bilans doit faire l’objet d’un compte-rendu écrit. Il est remis au patient ou à sa famille à certaines périodes (fin d’un cycle de prises en charge, lors de demandes d’aides, visite médicale, passage d’examen et concours, etc). Il est capital de conserver et de regrouper tous ces documents. Rappelons qu’être Dys, c’est pour la vie ! Aussi la traçabilité et l’évolution du suivi orthophonique peuvent permettre d’obtenir des aides et des compensations lors d’étapes-clé (examens, concours, stages, formations, entrée dans la vie active, etc). Cette traçabilité assure aussi un meilleur transfert en cas de changement de professionnel ou de révision du diagnostic.

bilan du diagnostic de dyslexie

Le Bilan orthophonique de Dyslexie contribue à poser le diagnostic.

Ce bilan, établi à l’issu d’un entretien avec le patient et, s’il est mineur avec ses parents, résulte d’une série de tests qui permet de définir une analyse précise (qualitative et quantitative) de l’acquisition du langage oral et/ou écrit (lecture et transcription écrite) en comparant les résultats du patient à ceux de sa tranche d’âge et de son niveau scolaire. Ce bilan d’orthophonie de dyslexie est nécessaire pour mesurer l’efficience du suivi et les progrès du patient. Il doit également être conservé et archivé pour mémoire.

Ce bilan permettra :

  • de cibler la nature des troubles
  • d’apporter un éclairage sur l’apparition, l’évolution, les retentissements du trouble du langage et l’implication du patient et de sa famille
  • de désigner les voies de rééducation à privilégier selon le cas
  • de proposer des adaptations spécifiques qui permettent au patient de mieux évoluer en contexte scolaire ou professionnel.

Le suivi orthophonique ou le protocole de soins sera décidé en fonction des conclusions du bilan orthophonique. Ce bilan orthophonique pourra être accompagné d’un bilan neuropsychologique afin de compléter le diagnostic de troubles des apprentissages (dyslexie, dysorthographie). Éventuellement, d’autres troubles associés peuvent être mis en évidence par le bilan neuropsychologique et peuven faire l’objet d’expertises complémentaires spécifiques.

différents aspects

Différents aspects pourront être abordés :

  •                La qualité de langage oral du patient : rendre opérationnelle son analyse auditive et limiter les incidences sur sa lecture
  •                La conscience phonologique : reconnaître les sons
  •                L’apport lexical : mobiliser un plus large vocabulaire
  •                La prise en compte des graphèmes/phonèmes : mettre en lien le langage oral et le langage écrit
  •                L’aide à la compensation par la mise en place de stratégies orthographiques et de lecture, apprendre les règles d’orthographe, de grammaire, etc

Le compte-rendu de bilan orthophonique se compose de plusieurs parties :

Partie administrative

  •                La date du bilan
  •                Le patient : nom et coordonnées, âge, niveau scolaire, fratrie
  •                Le nom et coordonnées de l’orthophoniste
  •                Les destinataire(s)
  •                Le nom du médecin prescripteur
  •                Les motifs de la consultation et/ou de la demande de bilan (évaluation de l’évolution de la prise en charge, avis pour des adaptations pédagogiques et/ou aménagements aux examens, etc)
Anamnèse

Anamnèse

L’anamnèse correspond à la mémorisation du passé vécu puis oublié ou refoulé par le patient. L’anamnèse synthétise les éléments mémorisés du passé de la part du patient et de sa famille. Ce peut être les conditions de grossesse, d’accouchement, de suivi et les particularités depuis la naissance, l’évolution des apprentissages, le contexte familial (existence éventuelle de cas similaires au sein de la famille), l’apparition des symptômes et leur gravité, impact sur la vie quotidienne, etc. Elle doit faire état d’un éventuel traitement médical en cours.

Il s’agit d’une étape déterminante en vue d’appréhender le diagnostic. Plus cet entretien sera précis et efficacement mené, plus le professionnel de santé pourra cerner au mieux la situation et privilégier certaines pistes. L’anamnèse permet à l’orthophoniste de cibler les tests à effectuer. Combinée aux résultats des tests, elle complète le diagnostic et peut amener à consulter d’autres professionnels de santé.

L’observation de l’état du patient en situation de tests fait  également  partie des éléments qui seront consignés, mis en perspective et confrontés à l’ensemble des données collectées.

Les conditions de passation des tests sont à adapter en fonction du patient, sa fatigabilité, par exemple, incitera à échelonner sur plusieurs séances un bilan initial.

Caractéristiques générales des tests et explications sur les cotations employées (en E.T. (Ecart type) ; note X/10; percentiles, etc).

Les tests portent sur un :

orale

Examen du langage oral

Il permet de tester l’articulation, la fluence phonologique, la sémantique, le lexique, la compréhension orale, la conscience phonologique, la fusion/suppression phonémique, la syntaxe, etc.

écrire

Examen du langage écrit

Lecture de compréhension. Elle permet d’évaluer notamment la qualité (précision) et la vitesse (leximétrie), les stratégies de lecture, les voies d’assemblage et d’adressage. En testant à travers la lecture de syllabes avec des mots réguliers/irréguliers, des phrases de complexités variées (simples ou au sens caché), des textes plus ou moins longs (avec sens implicite).

L’écriture est testée par le biais de dictées de logatomes, de syllabes, de mots réguliers/irréguliers correspondances phonèmes (sons)/ graphèmes (écrit) et de l’orthographe grammaticale, la vérification de la segmentation des mots notamment.

En complément, diverses habiletés cognitives peuvent être évaluées :

  •       Les mémoires multiples (mémoire de travail ou immédiate, mémoire auditive, verbale et visuelle ou encore mémoire différée)
  •       Le traitement visuo-attentionnel, qui permet d’indiquer si le patient peut arriver à poser son attention suffisamment longtemps pour réaliser une tâche.
  •       L’appréhension du cadre spatio-temporel, qui évalue les repères dans le temps et dans l’espace du patient
  •       La faculté d’adaptation du patient à travers son attitude et son langage utilisés en phase de communication.
  •       La motivation repérée et la perception de certains signes de fatigabilité pourront être indiquées.
conclusion

Conclusion du compte-rendu de bilan orthophonique :

Il s’agit de faire ressortir un éventuel retard dans l’acquisition du langage oral et surtout écrit en comparaison des résultats de la même classe d’âge et du même niveau scolaire. Les résultats chutés par rapport à ces normes sont des indicateurs qui permettent de préciser les moyens à mettre en œuvre pour compenser les troubles durables et impactant.

L’orthophoniste va lister ses propositions sur le déroulement et le contenu du protocole de soins, indiquer les adaptations pédagogiques et les aménagements qu’il préconise de mettre en place dans le cadre scolaire, en conditions d’évaluation/d’examens et à la maison.

Il est conseillé de prévoir un paragraphe aisément extractible du reste du texte général afin de pouvoir le transmettre aux professeurs ou tout autre personne susceptible d’accompagner la personne Dys. Cette partie devrait être rédigée en termes accessibles qui rendent compréhensible les difficultés majeures du patient pour faciliter la mise en œuvre d’adaptations en milieu scolaire ou professionnel.

Lors d’un bilan orthophonique réalisé en vue d’une demande particulière (demande de PAP, dossier MDPH, demande d’aménagements aux examens, RQTH, etc), la conclusion doit comporter un rappel clair des préconisations. Pour les aménagements aux examens par ex., il ne faut pas omettre de lister ceux que l’orthophoniste préconise pour l’élève. Cela servira en premier lieu au médecin traitant pour rédiger un certificat médical puis au médecin désigné par l’administration comme évaluateur du dossier de demande d’aménagements. Idem, lorsqu’il y a eu formulation d’une demande de RQTH auprès de la MDPH.

La mention souvent indiquée dans un compte-rendu de bilan orthophonique est  “Remis (aux parents/ou/ au patient) pour servir et faire valoir ce que de droit”.

 

Vous voulez aider votre enfant ?

Je partage avec vous des conseils par Email

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *