Multi dys, qu’est-ce que c’est ?

multidys

Peut-être avez-vous déjà entendu parler d’un élève « multi dys » ? En fait, sa véritable définition n’est pas connue de tous… Aussi, mon article tâche de clarifier cette notion de multi dys puis aborde le diagnostic et les pistes envisageables pour solutionner leur trouble.

Définition multidys

Définition multi dys

Le terme « multi dys » est utilisé pour définir une combinaison de plusieurs troubles cognitifs spécifiques différenciés chez un individu.

Un individu qui présente une combinaison de troubles dys n’est pas nécessairement multi dys. Par exemple, si l’individu présente les symptômes habituels de la dyslexie/dysorthographie, mais que ceux-ci sont dus à un seul et même trouble cognitif alors il ne s’agit pas d’un individu multi dys.

 

Causes et symptômes multidys

Symptômes et causes

Les dys-symptômes représentent « l’extériorisation dans les apprentissages de déficits cognitifs » (Dr Alain Pouhet). On compte parmi les dys-symptômes les difficultés de lecture ou d’expression orale.

Concernant les causes, la dyslexie par exemple peut en avoir plusieurs. Elle « peut être la conséquence d’un déficit phonologique, d’un trouble de reconnaissance des lettres (gnosie), d’un trouble neuro-visuel» (Dr Alain Pouhet). Il y a donc un déficit cognitif à ce problème grave et durable de lecture qu’il faut identifier.

Lorsqu’on évoque le terme de trouble multi dys, il s’agit d’identifier les différentes causes cognitives. En effet, dès lors qu’une seule cause cognitive crée des déficits dans plusieurs secteurs d’apprentissage, alors il ne s’agit pas de troubles multidys.

Les troubles cognitifs spécifiques

Les troubles cognitifs spécifiques

Les troubles cognitifs spécifiques peuvent s’apparenter à des « outils intellectuels » permettant les apprentissages. Dans le cas de troubles dys, chacun de ces outils peut être déficitaire sauf « l’intelligence générale » qui ne peut être la cause d’un trouble dys.

Les fonctions cognitives ont chacune un rôle différent :

  • Les fonctions gnosiques permettent la reconnaissance des stimuli élémentaires comme les images ou les messages verbaux. On appelle cela la dysgnosie des images ou des lettres.
  • Les fonctions praxiques permettent de programmer les informations motrices qui permettent la réalisation de la parole et/ou du geste graphique. On peut alors parler de dyspraxie bucco-phonatoire et/ou de dyspraxie visuospatiale (DVS).
  • Les fonctions exécutives permettent d’exécuter un plan d’action, de s’organiser, planifier des tâches. Cette fonction est particulièrement sollicitée pour les tâches nouvelles qui ne sont pas encore automatisées, ce qui est souvent le cas dans les apprentissages. « Planifier pour atteindre son but, être flexible et faire les choix appropriés est le rôle dévolu à cette instante cognitive centrale dans les processus d’apprentissages » (Dr Alain Pouhet).
  • Les fonctions attentionnelles sont utilisées pour planifier et fixer un objectif en temps réel.
  • La mémoire à long terme est fortement sollicitée à l’école (fonction mnésique). Le trouble dysmnésique reste méconnu aujourd’hui.
Diagnostic multidys

Diagnostic multi dys

Pour aborder le diagnostic des troubles dys il faut :

  • étalonner le retard avéré par rapport aux pairs du même âge, ce qui va se traduire par un retard significatif dans les tests spécifiques aux pathologies dys,
  • vérifier que l’intelligence générale (conceptuelle, raisonnement…) ne soit pas affectée,
  • distinguer les difficultés d’apprentissage à l’école et les causes cognitives neurodéveloppementales afin d’éviter une confusion entre troubles d’apprentissage et difficultés scolaires.

Aussi, il faut s’assurer de la présence de l’intégralité des « critères de dys » :

  • Critères d’inclusion : sévérité, persistance…
  • Critères d’exclusion : les difficultés ne sont pas mieux expliquées par autre chose qu’un trouble cognitif spécifique.

Méthodologie du diagnostic multi dys

Dans un premier temps, il faut partir des symptômes scolaires.

Qu’est ce qui pose problème à l’élève : la lecture ?, l’écriture ? l’expression orale ?

En fonction des difficultés exprimées, il faut effectuer un bilan pluridisciplinaire.

En effet, les professionnels de l’évaluation couvrent plusieurs domaines (ergothérapie, orthophonie, orthopsie, psychomotricité, etc).

Ces professionnels vérifient que les symptômes exprimés constituent une situation de handicap à la fois persistante et sévère.

Quant au psychologue et aux médecins, leur rôle est d’écarter la piste de la déficience intellectuelle et de rejeter les autres pistes.

Enfin, toutes ces enquêtes conduisent à une synthèse établie par le médecin afin de poser un diagnostic définitif.

Ce bilan doit être compris de tous afin qu’il soit exploité par l’ensemble des acteurs qui agissent autour du dys/multidys.

Les solutions à mettre en place pour un multi dys

Si aujourd’hui les chercheurs sont aussi pointilleux sur le terme multi dys, c’est qu’il revêt une importance particulière. En effet, être multi dys entraine une mise en place lourde de rééducation via des stratégies de contournement. Il sera impossible s’appuyer sur les fonctions cognitives déficientes.

Néanmoins, s’il est plus difficile de compenser des troubles multi dys, cela n’est pas impossible.

Voici quelques pistes à explorer :

  • Associations de parents et de personne dys :

Ces associations peuvent apporter un précieux soutien dans de nombreux domaines. Tout d’abord pouvoir parler avec des personnes qui rencontrent les mêmes problèmes que vous. La plupart des associations seront capables de vous conseiller dans les démarches spécifiques que vous devez entreprendre dans votre secteur. Vous profiterez aussi des retours d’expérience des différentes familles vis-à-vis des professionnels de santé et des établissements scolaires locaux.

  • Rééducation avec les professionnels :

La rééducation avec les professionnels dédiés est souvent un point clé qui permet au dys et au multi dys de progresser en milieu scolaire malgré ses difficultés. Attention : la rééducation n’est pas magique et plus le trouble est sévère, plus il faudra de temps pour commencer à le compenser.

  • Prise en charge par un psychologue :

Les multi dys ont la plupart du temps une estime d’eux-mêmes très faible… Mis en échec de manière quasi permanente durant les apprentissages et durant d’autres périodes, ils ont souvent peu de confiance en eux-mêmes. Les difficultés scolaires déteignent souvent sur le comportement en classe ou à la maison.

  • Épanouissement dans d’autres activités extérieures à l’école :

Comme précisé plus haut, la confrontation à l’échec entraine des conséquences non négligeables sur l’estime de soi. Aussi, il est important voire vital de pouvoir s’épanouir dans des activités extrascolaires telles que le sport, les activités artistiques ou culturelles.

Les pistes en fonction de différents troubles :

Dysphasie :

  • Favoriser les interactions que peut avoir l’enfant par tous les moyens possibles (pas uniquement la parole).
  • Confronter l’enfant au langage écrit, ce qui permet de prendre conscience des différents éléments du langage.
  • Garder à l’esprit les difficultés spécifiques propres à chaque dysphasique (récurrence de certaines erreurs).

Dyslexie :

  • Prendre en compte les difficultés de lecture et trouver des moyens de compensation (dictée vocale, synthèse vocale, lecture et écriture par l’AESH…).

Le TDA/H :

  • Mise en place de thérapies cognitivo-comportementales
  • Envisager la possibilité de la prise de Méthylphénidate.
    La prescription de ce médicament reste fortement encadrée. Mais son administration fait partie des recommandations de la Haute Autorité de la Santé et peut apporter une certaine efficacité.

Bien souvent, les solutions de contournement telles que l’utilisation de l’ordinateur ou les solutions de remédiation (rééducation) sont associées. C’est une bonne chose car ces solutions ne s’excluent pas.

L’objectif est simplement de mettre l’élève multi dys dans de bonnes dispositions afin qu’en fonction de ses capacités intellectuelles, il puisse réussir.

Sources :

  • Connaître les dys- et en mesurer les enjeux, Alain Pouhet, Érès, «Enfances & Psy», ISBN 9782749253565 2016/3 N° 71 | pages 88 à 104
  • Motricité Cérébrale : Réadaptation, Neurologie du Développement ; Volume 32, Issue 1, March 2011, Pages 16-20

 

Vous voulez aider votre enfant DYS ?

Je partage avec vous des conseils par Email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.